Les 6 règles des récompenses

rewardsandincentives-150921092616-lva1-app6891-thumbnail-4

Au regard de la connaissance sur la motivation, les recherches sur le sujet sont sans équivoque (Lire : La Vérité sur ce qui nous Motive – Daniel PINK). Nous savons, aujourd’hui qu’il existe des bonnes et de mauvaises façons de récompenser.

Pour les activités intellectuelles, il semblerait que la pire façon de récompenser consiste à promettre des bonus ou des primes en argent. Les recherches sur le sujet nous invitent à abolir ce genre de pratiques.

Mais alors, s’il n’est pas souhaitable de récompenser en proposant de l’argent ou des bonus car que ce genre de récompenses aurait de mauvaises conséquences sur notre motivation intrinsèque, comment faire ? Le Management 3.0 nous propose 6 règles à respecter :

1. Récompenser le comportement, pas le résultat

Récompenser un résultat peut pousser la personne qui s’engage à le réaliser à tricher ou à oeuvrer contre les intérêts de l’équipe ou de l’entreprise. Récompenser un comportement souhaitable encourage la personne à adopter de bons comportements et permet également d’éclairer les autres sur les comportements souhaitables (culture d’entreprise seine). Lire la suite

La transparence managériale : un enjeu stratégique ?

url1

« Nous allons gagner et l’Occident va perdre. Vous n’y pouvez plus grand-chose, parce que c’est en vous-même que vous portez votre défaite. Vos organisations sont tayloriennes ; mais le pire, c’est que vos têtes le sont aussi. Vous êtes persuadés de bien faire fonctionner vos entreprises en distinguant d’un côté les chefs, de l’autre les exécutants ; d’un côté ceux qui pensent, de l’autre ceux qui vissent. Pour vous, le management, c’est l’art de faire passer convenablement les idées des patrons dans les mains des manœuvres. » Konosuke Matsushita, juin 1985. fondateur de Matsushita Electric (Panasonic).

À l’heure d’Internet, du village global,  à l’heur des petites poucettes comme aime les appeler Michel SERRES, les dirigeants qui ont l’ambition de bâtir une entreprise innovante, prospère et pérenne ont l’obligation de revoir leurs paradigmes. Lire la suite

Comment inciter vos salariés à être plus engagés

Daumen-Hoch

Source : HBR France / par Sophie Galoo

Le désengagement des salariés est devenu un sujet récurrent au sein des départements ressources humaines. Mais encore faut-il avoir une idée précise de l’ampleur de ce phénomène :

– 41% des salariés se déclarent extrêmement/très satisfaits de leur entreprise, contre 58% en Allemagne et 59% au Royaume-Uni.

– Seuls 27% sont extrêmement/très satisfaits des opportunités professionnelles qui leur sont offertes en interne.

– Seulement 14% font la promotion de leur entreprise et la recommanderaient à leurs proches, alors que 56% ont tendance à en dire plutôt du mal.

Ces résultats traduisent un malaise qui ne peut perdurer, au risque de déboucher sur une fracture profonde. Sans parler des conséquences en termes de marque employeur pour l’entreprise. Les réseaux sociaux ont développé, chez les salariés, une addiction à l’instantanéité : un nouveau rapport au temps et à la satisfaction de leurs besoins qu’ils ont bien du mal à retrouver au sein de leur organisation. Lire la suite

Le Bonheur selon Frédéric LENOIR

happiness-1

Le hasard faisant bien les choses, je me suis réveillé ce matin en pensant au bonheur et au fait qu’aujourd’hui, le système social et éducatif n’en traite pas suffisemment. On nous apprend à lire, à écrire, à calculer, à résoudre des équations compliquées et complexes, mais on ne nous apprend pas ce qu’est le Bonheur ou comment être plus heureux !

Et voila qu’en ouvrant FB, je tombe sur cette video. J’ai l’intime conviction que ce sujet sera celui du siècle !

Ceci dit, contrairement a Frederique, je crois que le bonheur est la chose la plus importante et que l’amour n’est qu’un moyen parmi d’autres…

J’en retiens aussi que trois choses nous aident à être plus heureux : 1. Partager les plaisirs avec les autres. 2. Prendre conscience de l’instant présent (la pleine conscience). 3. Ne pas trop contrôler et freiner l’évolution de nos vies.

Les bons leaders donnent un sentiment de sécurité

simon_sinek-start_with_why

Qu’est ce qui fait un grand leader ? Le théoricien du management Simon Sinek suggère que c’est quelqu’un qui fait en sorte que les employés se sentent en sécurité, qui attire son personnel dans un cercle de confiance. Mais créer confiance et sécurité, en particulier dans une économie inégale, signifie prendre de grosses responsabilités.

Par : Simon Sinek

Source : Youtube

Le bonheur au Travail : ÇA MARCHE !!

« L’individu, associé aux objectifs de son organisation, passe du statut d’individu à celui de collaborateur, de contributeur actif. Il n’hésite plus à donner spontanément le meilleur de lui-même sans qu’il y ait besoin de surajouter des dispositifs de contrôle ou de sanction. »

Voici donc, en résumé, ce que disait Douglas McGregor au sujet de la théorie Y du management de l’Homme dans l’entreprise. Douglas nous en parle pour la première fois dans son livre « The Human Side of Enterprise » publié en 1960. Lire la suite