Les 6 règles des récompenses

rewardsandincentives-150921092616-lva1-app6891-thumbnail-4

Au regard de la connaissance sur la motivation, les recherches sur le sujet sont sans équivoque (Lire : La Vérité sur ce qui nous Motive – Daniel PINK). Nous savons, aujourd’hui qu’il existe des bonnes et de mauvaises façons de récompenser.

Pour les activités intellectuelles, il semblerait que la pire façon de récompenser consiste à promettre des bonus ou des primes en argent. Les recherches sur le sujet nous invitent à abolir ce genre de pratiques.

Mais alors, s’il n’est pas souhaitable de récompenser en proposant de l’argent ou des bonus car que ce genre de récompenses aurait de mauvaises conséquences sur notre motivation intrinsèque, comment faire ? Le Management 3.0 nous propose 6 règles à respecter :

1. Récompenser le comportement, pas le résultat

Récompenser un résultat peut pousser la personne qui s’engage à le réaliser à tricher ou à oeuvrer contre les intérêts de l’équipe ou de l’entreprise. Récompenser un comportement souhaitable encourage la personne à adopter de bons comportements et permet également d’éclairer les autres sur les comportements souhaitables (culture d’entreprise seine). Lire la suite

75% des produits n’atteignent jamais leur retour sur investissement !

failure_success

Voilà qui est impressionnant comme chiffre. Shikhar GHOSH, professeur à la Harvard Business School, publie les résultats d’une recherche que je vous invite à lire. De plus, Shikhar nous donne quelques pistes d’amélioration.

« … The statistics are disheartening no matter how an entrepreneur defines failure. If failure means liquidating all assets, with investors losing most or all the money they put into the company, then the failure rate for start-ups is 30 to 40 percent, according to Shikhar Ghosh, a senior lecturer at Harvard Business School who has held top executive positions at some eight technology-based start-ups. If failure refers to failing to see the projected return on investment, then the failure rate is 70 to 80 percent. And if failure is defined as declaring a projection and then falling short of meeting it, then the failure rate is a whopping 90 to 95 percent. »

Source : Harvard Business School

Lire la suite : Harvard Business School

Le Modèle de Kano : Un outil marketing simple et puissant

Building_Dialogue

Dans le cadre des formations et du coaching que j’anime, il m’arrive souvent de présenter sommairement un outil marketing assez simple et puissant appelé : Le Modèle Kano.

Ce modèle peut aider le Product Owner à mieux concevoir et comprendre son produit. Il permet également de mieux définir le Minimum Viable Product (MVP ou Produit Minimum Viable en français).

Je constate trop souvent que ce modèle est encore très peu connu du public. J’ai donc décidé de vous le présenter un peu plus en détail.

Comprendre le Modèle de Kano

Les origines du modèle Kano remontent à la fin des années 70. Il a été développé par Noriaki KANO, professeur, auteur et consultant en management de la qualité. Son objectif consistait à créer un modèle qui aide à mieux identifier et catégoriser les besoins du client.

Dans le cadre de ce modèle, Noriaki nous propose de catégoriser les caractéristiques et/ou fonctionnalités en 5 types ayant une forte influence sur la satisfaction du client : Lire la suite

Faites d’une super idée un super business – HBR

 

Pourquoi la méthodologie «lean start-up» améliore la réussite des nouveaux business. Lancer une nouvelle entreprise, qu’il s’agisse d’une …

Lancer une nouvelle entreprise, qu’il s’agisse d’une start-up dans les nouvelles technologies, d’une petite activité ou d’un projet au sein d’un grand groupe, a toujours constitué une aventure hasardeuse. Selon la formule la plus traditionnelle, on rédige un business plan, on le présente à des investisseurs, on monte une équipe, on lance un produit et l’on s’efforce de le vendre de la manière la plus efficace possible. Quelque part, dans cette manière de procéder, on risque très probablement d’essuyer un revers fatal. Les chances ne sont pas de notre côté : comme l’indique une récente recherche menée par Shikhar Ghosh de la Harvard Business School, 75% de toutes les start-up finissent par échouer.

Lire la suite